Le Studio 4215 examine comment adapter le tissu urbain au confort des piétons, tout en tirant les leçons de l’ancien et du nouveau.

Pourquoi Dubaï?

Alors que le monde entier se concentre sur Dubaï pour accueillir l’Exposition universelle de 2020, il est important de mettre en lumière les possibilités de développement de la ville en termes de confort thermique dans des climats extrêmement chauds. Plusieurs caractéristiques de Dubaï font de la ville une étude de cas idéale, par exemple le contraste entre les différentes parties de la ville en termes de densité urbaine et de hauteur des bâtiments. Les contrastes extrêmes entre le jour et la nuit dans les espaces publics extérieurs soulignent l’importance des mesures de conception passives telles que l’ombrage, l’aménagement paysager et les éléments aquatiques pour assurer le confort thermique à l’extérieur.

Un autre facteur important dans le choix de Dubaï est que la ville offre la possibilité d’expérimenter des changements considérables dans la structure urbaine en l’espace de courtes distances à pied. L’étude analyse donc les conditions microclimatiques actuelles et propose une série de mesures d’aménagement passives pour améliorer le confort thermique des espaces extérieurs.

La première partie de l’étude compare et examine les différences entre le tissu urbain de ce que l’on pourrait appeler l’ancienne et la nouvelle Dubaï. Elle examine les différences dans la densité de construction ou la capacité des bâtiments à se protéger mutuellement ou à ombrager les espaces libres entre eux. Alors que des bâtiments emblématiques sont construits dans les nouvelles parties de Dubaï, la partie historique de Dubaï, Deira, qui était autrefois le centre commercial de la ville, reste attractive avec un nombre de visiteurs comparable à celui de la « nouvelle » Dubaï. L’étude examine donc les différences de densité de construction et leur impact sur les conditions de confort des piétons.

 

Résultats

L’application de différentes stratégies de conception passive et de refroidissement permet d’améliorer considérablement le confort thermique extérieur, tant pour les parties traditionnelles que pour les parties modernes de Dubaï.

L’analyse des conditions thermiques trouvées pour les parties anciennes et nouvelles de la ville a révélé qu’aucune des deux variantes ne donnait de bons résultats en termes de confort extérieur pendant la journée. Les deux scénarios de tissu urbain offraient un certain nombre de possibilités pour développer des espaces extérieurs réussis et confortables pour un climat extrême et chaud comme celui de Dubaï. La simulation du modèle avec ENVI-met a prédit des améliorations locales de la température perçue allant jusqu’à 25 °C, ce qui pourrait facilement déclencher des changements de comportement et encourager les gens à marcher et à utiliser les espaces extérieurs.

Le tissu urbain dense du quartier traditionnel de Deira a montré des améliorations significatives du confort thermique et a bien réagi aux stratégies de conception passives et d’économie d’énergie appliquées. Le stress thermique a été réduit d’ »extrême » à « modéré », grâce au tissu urbain dense et à sa capacité à « capturer » l’effet des stratégies appliquées.

La zone adjacente à la Burj, qui représente la Dubaï moderne, a montré des améliorations modérées des stratégies appliquées en raison de sa taille, mais offre néanmoins une marge de manœuvre pour une amélioration continue du confort des piétons.

La comparaison et la quantification à l’aide du logiciel ENVI-met montrent une réduction significative du niveau de stress thermique dans les deux scénarios et soulignent l’énorme potentiel de Dubaï pour créer et donner l’exemple de grands espaces extérieurs.